HELLY la douce Malinoise

  • La réflexion

Adopter un chien était une évidence pour moi. Encore fallait-il convaincre Monsieur, ce qui ne fut pas une mince affaire.
Après plusieurs mois d’assauts réguliers à coup de photos de chiots mignons et d’explications rassurantes sur le changement très relatif de notre train de vie, je le sens flancher doucement mais à une condition…

Un malinois et rien d’autre !

  • La nouveauté et la recherche

Une race que je ne connaissais qu’au travers des images que l’on en montre : un chien d’ordre et de discipline, destiné principalement à la défense et à l’attaque, bien loin de ma tendre Vanille, peluche golden retriever qui partage ma vie depuis 14 ans 3/4 maintenant.

Mais qu’à cela ne tienne, je suis ouverte à la nouveauté et commence à me renseigner sur les besoins du malinois comparativement à ce que nous pourrions lui apporter.

Je lis énormément d’articles mettant en avant le caractère dominant du genre, la nécessité d’apporter beaucoup de rigueur et d’éducation positive. Beaucoup en parlent comme des chiens de travail mais certains récalcitrants en font de merveilleux chiens de famille, ce qui semble nous correspondre.

Notre déménagement bordelais dans un appartement en rez-de-chaussée avec petit jardin nous fera sauter très rapidement le pas…

  • L’adoption

Contre l’avis de tous, nous recherchons en refuge, éleveur et particulier une petite femelle.
Et BINGO ! Monsieur est de garde, voilà que je tombe sur une annonce d’une petite malinoise remise à la vente après la disparition de son destiné maître. 2 mois et demi, une tête à croquer, j’appelle immédiatement et tombe sur une éleveuse passionnée surprise puisque je lui explique notre situation géographique et qu’elle se situe à… 03h30 de route de notre domicile.

Je préviens Monsieur de ma trouvaille et c’est tout excité que nous organisons la journée du lendemain sans trop y croire. Direction achat de panier, laisse, jouets, pour accueillir bébé chien.

Le lendemain, je récupère Monsieur au saut du train et nous fonçons directement à St Yser, petit village perdu au sud de Toulouse.
Nous découvrons sa frimousse de chiot dégourdie. Première rencontre, papiers signés.

Elle s’appellera HELLY. C’est pourtant l’année des N mais j’insiste, ce nom lui va à ravir.

Nous l’emmenons tout en douceur
et elle passera son trajet sur nos genoux, sans trop d’appréhension.

La première nuit fut rude mais elle s’acclimatera très rapidement à son nouveau lieu de vie. Et nous de nous habituer à sa présence, à la connaître et à l’aimer.

  • Le quotidien

Puisque c’est de cela qu’il s’agit ici : une histoire d’amour inconditionnel pour notre petite protégée.

Surtout, nous apprendrons doucement à découvrir ce caractère si particulier qu’est la race de berger belge malinois.

Elle est caractérielle, courageuse et souvent téméraire, douce et si affectueuse, protectrice à sa manière.

Je me plais à l’appeler chien-autiste, qui loin d’être péjoratif, correspond parfaitement à la vision que nous avons d’elle : une intelligence hors norme, avec sa propre vision de l’environnement et ce qui nous entoure. Sa perception des choses, des gens et des émotions est différentes de la nôtre.

Nous avons dû apprendre à la comprendre autant qu’elle a du le faire avec nous.

Cela se traduit en beaucoup de rire et de câlins, quelques bêtises qui heureusement sont rares : un angle de mur sur 10cm, des trous dans le jardin qui nous transporteront dans un univers lunaire et des arbustes légèrement grignotés, deux cousins ouverts et vidés de leur mousse.
Elle comprend très rapidement notre colère et se faxe à sa place en baissant les oreilles pour se faire toute petite.

Par choix, nous l’emmenons partout avec nous : ce qui semble être compliqué de prime abord s’avère surtout utile pour la suite, l’habituer au monde, à la patience, à de nouveaux endroits. Chez les copains, au restaurant, en randonnée, en ville, en vacances,…

  • L’éducation

L’éducation canine a été très importante pour canaliser son énergie et son besoin d’apprentissage.

Surtout, nous avons corrigés nos erreurs avec une règle simple :

il n’y a pas de chien méchant, il n’y a que de mauvais maîtres.

Au delà des règles de base, cela nous permet de vivre ensemble sereinement : nous pouvons la promener sans laisse sans trop de soucis, elle reste à l’écoute.

L’horaire est contraignant, samedi 15H. Cela étant, le coût est bas, 80 euros par an, ce qui est plus que convenable au vu de ce qui nous est enseigné.

Nous découvrirons aux côtés des instructeurs une discipline nouvelle pour nous : le mordant. D’abord réticente, je comprends rapidement que notre chienne adore ça et que cela l’équilibre. Elle le montre et on lui rend bien.

Discipline, obéissance, puissance, elle se prête au jeu avec passion et semble être prédisposée à l’attaque, comme beaucoup de ses congénères.

Nous lui amenons doucement la défense du maître, qui ne pose aucun problème au vu de ses réactions naturelles : oui, le malinois est un chien de défense.

Il est nécessaire de faire attention puisqu’elle donnera sa vie pour nous, et ce qui nous semble anodin sera pour elle une imminente menace.

Pour l’anecdote, il faut la voir aboyer comme une furie comme une valise posée au milieu du salon. Contre un torchon tombé au sol qui n’a rien à faire là, contre ce type bizarre qui se promène trop proche de sa maîtresse avec une casquette et des lunettes de soleil…

Chien psycho, chien maniaque, tout est ordre et rigueur.

Mais lorsque nous prenons le temps de comprendre, tout est plus facile. Demandez à un malinois de vous montrer ce qui ne va pas, et vous pourrez le rassurer. Peut être qu’un jour il vous sauvera la vie. En attendant, nous sommes toute la sienne et nous lui rendons bien.

Comments from Mastodon: